Sunumbir, votre site inclusif d'analyses !

Un dimanche, un texte : L'aventure continue

Texte choisi : « Un jour, tu apprendras… » de Francis Bebey

I- Présentation de l’auteur : Né à Douala, Francis Bebey (1929-2001) s’intéresse tout d’abord au journalisme et travaille à la radio au Cameroun, puis à Paris, à partir du début des années 1950.

Il publie en 1967 son premier roman, Le Fils d’Agatha Moudio, puis enregistre un premier disque en 1972.

À partir de 1974, il se consacre à la création, essentiellement musicale, et se produit sur les scènes du monde entier tout en poursuivant la publication de romans (Embarras et Cie, Trois Petits Cireurs) et de textes inspirés par la tradition orale (La Lune dans un seau tout rouge, L’Enfant-pluie).

Sources : laboutiqueafricavivre.com, printemps des poètes

 

II- Texte : Un jour, tu apprendras…

Un jour, tu apprendras

Que tu as la peau noire, et les dents blanches,

Et des mains à la paume blanche,

et la langue rose

Et les cheveux aussi crépus

Que les lianes de la forêt vierge.

Ne dis rien.

Mais si jamais tu apprends

Que tu as du sang rouge dans les veines,

Alors, éclate de rire,

Frappe tes mains l'une contre l'autre,

Montre-toi fou de joie

A cette nouvelle inattendue.

Puis cet instant de gaîté feinte passé,

Prends ton air sérieux

Et demande autour de toi :

Du sang rouge dans mes veines,

Cela vous suffit-il pour vous faire croire

Que je suis un homme?

La chèvre de mon père,

Elle aussi, a du sang rouge dans les veines.

Et puis dis-leur que tu t'en moques

Car tu sais, ils n'ont rien compris

A la farce créatrice qui donna

Du sang rouge à l'animal et à l'homme,

Mais oublia totalement de donner

Une tête d'homme à la chèvre.

Vis et travaille

Alors tu seras un homme.

                    Francis Bebey

III- Quelques axes de lecture

- Les pouvoirs de la poésie

- Que vous inspire la chute du poème ?

- Le sens de l’humour

- Repérage et interprétation de figures de style : métaphore, dérivation, comparaison, périphrase, polysyndète,  etc.

- Les valeurs des temps et modes verbaux

 

IV- Insistons sur :

  1. Des figures de style :
  • La périphrase est une figure de style consistant à remplacer un mot par une expression de sens équivalent.

Exemple : « Frappe tes mains l'une contre l'autre, »

  • La comparaison rapproche deux ou plusieurs éléments au moyen d'un mot comparatif explicite.

Exemple : « Et les cheveux aussi crépus

Que les lianes de la forêt vierge. »

2 – L’impératif

L'impératif est un mode verbal utilisé pour exprimer une recommandation,  un conseil, un ordre, une prière, etc.

                Exemple : « Vis et travaille »

19/05/2019

Lien utile : http://ibndiallo.e-monsite.com/pages/un-dimanche-un-texte/francis-bebey.html

 

 

Élection présidentielle du 24 février 2019
Un tournant décisif

Il nous faudra choisir entre : 
Madické Niang : le promoteur de l'élégance
Issa Sall : le promoteur de l'assurance
Macky Sall : le promoteur de la transhumance
Idrissa Seck : le promoteur de l'endurance
Ousmane Sonko : le promoteur de l'espérance

PS : " Il y a deux sortes d'utilité et le sens de ce vocable n'est jamais que relatif. Ce qui est utile pour l'un ne l'est pas pour l'autre."
Théophile Gautier
#Sunu2019

Citation de la semaine du 17 au 24 février 2019

" Savoir, c'est pouvoir"

Nos aimables folies : quels faux lits !

Pour une question d'heures, nous nous livrons à cette destructrice course
Nous nous installons confortablement dans nos aimables faux lits
En poursuivant nos charmantes folies
Nous nous mettons le doigt dans l'œil
Ibnoze

20/08/2018

« Et surtout mon corps aussi bien que mon âme, gardez-vous de vous croiser les bras en l'attitude stérile du spectateur, car la vie n'est pas un spectacle, car une mer de douleurs n'est pas un proscenium, car un homme qui crie n'est pas un ours qui danse... »
Aimé Césaire

Paraître : par-être
À trop s'occuper de notre paraître
Nous finirons par être esclaves du qu'en-dira-t-on
Ibnoze

16/08/2018

Élection présidentielle du 24 février 2019 : Un tournant décisif 
Restons lucides 
I- Ce que Macky disait : 
1- « Je suis le Président de tous les Sénégalais, sans distinction aucune.»
2- « Face au destin national, je mesure la gravité de la charge qui m'incombe.»
3- « Un nouveau départ pour une nouvelle ère de ruptures en profondeur dans la manière de gérer l'État.»
4- « Cette charge se décline en un sacerdoce sans ambiguïté : il est question de servir et non de se servir. Déjà, comme vous le savez, j'ai décidé de ramener à cinq ans le mandat de sept ans pour lequel je suis élu.»
5- « Gouverner autrement, c'est bannir les passe-droits, le favoritisme et le trafic d'influence ; c'est mettre l'intérêt public au-dessus de toute autre considération et traiter tous les citoyens avec la même dignité et le même respect.»
6- « S'agissant de la gouvernance économique, je serai toujours guidé par le souci de transparence et de responsabilité dans la gestion vertueuse des affaires publiques. »
7- « À tous ceux qui assument une part de responsabilité dans la gestion des deniers public, je tiens à préciser que je ne protégerai personne. Je dis bien personne ! »
8- « Au Gouvernement, je donne mission de traduire en actes la forte aspiration au changement massivement exprimée le 25 mars. »
9- « Je mettrai également en place une Commission pluridisciplinaire qui me soumettra des recommandations précises dans le cadre de la mise en oeuvre des conclusions des Assises nationales. »
10- « « Je ne mêle jamais ma famille à la gestion du pays. Si mon frère a été amené dans des affaires de sociétés privées, c’est parce que je lui avais indiqué très clairement dès ma prise de fonctions qu’il ne bénéficierait jamais de ma part d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal (wade père et fils) et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme. Je lui avais même conseillé à l’époque d’essayer de voir dans le privé » 
----------------
L'heure du bilan a sonné
Entre ce qu'il nous avait promis et ce qu'il a fait
Le fossé est resté grand
Plus rien ne sera comme avant :
Les citoyens sont de plus en plus exigeants
Président sortant ...
-------------
Ñangal Sall
Du ma ko def

"Ne refusons pas de laisser nos jardins fleurir
Des fleurs, il y en aura de toutes les couleurs
Les couleurs de toutes ces fleurs visibles et invisibles illumineront nos vies."
Ibnoze

15/08/2018

Vendredi 29 juin 2018, à la Place du Souvenir africain, plus précisément au Musée de la Femme Henriette Bathily, a eu lieu la cérémonie de dédicace du livre " Grossesse et maternité: Expérience de deux Afropolitaines" écrit par Aminata Ndiaye Tall et Yacine Bio-Tchane, paru aux éditions Diasporas Noires.
En partageant leurs expériences respectives avec les lecteurs et le public, les auteures ont posé un acte symbolique, original.
Le débat fut modéré par  Mame Hulo Guillabert DG de Diasporas Noires.
Nous avons eu droit à l'expertise du Dr Youhanidou Wane Dia Gynécologue Obstétricienne.

 

Img 0652

" Vous êtes ce que vous êtes, et tout ce que les flatteurs pourront dire ne vous fera pas plus grand que vous êtes ; demandez-vous plutôt à vous-même si vous êtes vertueux et si vous avez fait des efforts pour devenir meilleur ; souvenez-vous que la plupart des louanges ne sont que des mensonges complaisants." 
In Cours d'Analyse grammaticale. 
Bonne fête de Korité !  

Img 20180512 154849

"Pour moi, c'est une statue."
M. Mansour Faye répondant à une question de Mamoudou Ibra Kane, Grand jury du 10 juin 2018

PS : M. Faye n'a pas voulu aller au fond des choses. Avec le temps, il comprendra que plus rien ne sera comme avant

Maquillons encore ! 
M. Le Président de la République a la possibilité de nommer qui il veut, comme il veut, où il veut et quand il veut. Il en sera toujours ainsi tant qu'il sera aux commandes. 
Seulement, en s'intéressant aux actes posés depuis 2012, on voit clairement le caractère creux du slogan, mille fois répété, " La patrie avant le parti". Contrairement à Macron, Macky ne pourra jamais dire, sur plusieurs questions, " Je fais ce que j'ai dit."
Après la mort de l'étudiant Mamadou Fallou Séne ...
En nommant MM. Ousmane Thiaré et Pape Ibrahima Faye respectivement Recteur et Directeur du CROUS ( sur proposition, à coup sûr, du Ministre de l'enseignement supérieur et du Ministre de l'hydraulique, par ailleurs beau-frère du président de la République) nos autos-riz-thé démontrent à quel point elles manquent de lucidité.
Devant la délicatesse de la situation prévalant à l'Université Gaston Berger depuis des semaines, et le meurtre de l'étudiant Mohamadou Fallou Séne, elles auraient pu porter leur choix sur l'expérience et la sagesse au détriment de la jeunesse et de l'aspect symbolique.
PS : Je tiens à féliciter M. Pape Ibrahima Faye que je connais depuis plus d'une vingtaine d'années même si je sais qu'on lui a remis une patate chaude. Sa détermination aidant, il essayera, à coup sûr, de relever le défi.

Écrire comme Léon Laleau pour décrier l'apologie de la transhumance

Atelier d'écriture virtuel : Tenter de respecter le nombre de vers, le nombre de syllabes et les rimes 
Trahison 
Ce fait décevant qui ne correspond 
Pas à nos valeurs ou à nos coutumes 
Vient plomber l'essor de notre Nation.
Cette attitude agite l'amertume 
Des électeurs; sentez-vous cette errance 
Et la promotion qu'on trouve normale 
De la trahison nommée transhumance 
Ce qui n'honore pas le Sénégal ? 
Ibnoze 
22/09/2017

Poème original 
          Trahison
Ce cœur obsédant, qui ne correspond
Pas avec mon langage et mes coutumes,
Et sur lequel mordent, comme un crampon,
Des sentiments d'emprunt et des coutumes
D'Europe, sentez-vous cette souffrance
Et ce désespoir à nul autre égal
D'apprivoiser, avec des mots de France,
Ce cœur qui m'est venu du Sénégal ?
 Lèon Laleau, poème cité par Léopold Sédar Senghor, P.U.F., Paris, 1948

Img 7654

Sunumbir sur France 24

Sur France 24, Alexandre Capron a parlé de sunumbir dans Les Observateurs du 9 septembre 2017
Un focus fut fait aussi bien sur l'initiative Save Dakar et sunumbir 
http://observers.france24.com/fr/20170718-dakar-photos-prises-vif-denoncer-incivilites-quotidien-senegal

 
 

18 avril 2012, Conférence de presse conjointe : N. Sarkozy et M. Macky Sall
L'euphorie aidant, M. Macky qui avait pris fonction Le 2 avril 2012, déclarait ceci  : 
" Le Sénégal est un pays démocratique et il le restera.
Je veillerai personnellement à ce que ce modèle de démocratie soit irréprochable. C'est la raison pour laquelle, dès l'entame de mon mandat, j'ai décidé de renoncer à deux années de mandat :  pour passer du septennat ... vers un quinquennat. Et,  je ferai inscrire dans la nouvelle constitution, qui sera en élaboration, et qui va consolider,  disons les aspects démocratiques ... pour que le mandat soit dorénavant de cinq ans renouvelable une seule fois." Macky Sall

Conférence de presse conjointe : N. Sarkozy et M. Macky Sall

Sunumbir.com est un îlot. On y promeut :

Indépendance
Lucidité
Objectivité
Tact

14424051 1184736974897649 462377867 o

Galerie