Annonce

Présentation

En septembre 2014, nous finîmes l'écriture d'un roman que nous avions entamé des mois auparavant.
Pour les besoins de la correction et de la relecture, nous remîmes le manuscrit à des amis dont nous ne doutions point de leurs compétences.
D'assez pertinentes nous permirent de revoir le manuscrit. Au demeurant, nous soulignons que ce travail suit son cours.
Nous le proposâmes à des maisons d'édition. Au bout d'une semaine, nous reçûmes une première réponse défavorable que nous prîmes avec philosophie au point de susciter une gêne de la part des promoteurs : pour nous, si le travail n'était pas bien fait, ils n'étaient pas obligés de le garder.
Trois mois plus tard, une autre réponse défavorable nous fut servie par une autre maison d'édition de la place. Une occasion saisit par le représentant de la maison d'édition pour saluer la beauté de notre plume et nous faire de pertinentes observations. Il nous reprocha notre propension à donner des leçons au moment où nous devions favoriser l'évasion.
« Il te faudra plusieurs boutiques avant de tomber sur une bonne », nous dit un cousin. Nous comprîmes au moins une chose : nous devions insister, car la vie pouvait nous réserver des surprises.

Nous gardons notre manuscrit en espérant trouver un éditeur qui trouverait intéressant le roman sous-titré A Sunudeuk, l'espérance est toujours de mise.
Nous vous proposons cet extrait

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire