Jacques Billard

" Politesse ou maîtrise de soi"

 

Ol

Boîte de réception
x
 
 
Texte choisi : Politesse ou maîtrise de soi" de Jacques Billard
II- Présentation de l'auteur : 
Né en 1944, Jacques Billard est " agrégé et docteur en philosophie. Il a été inspecteur et professeur de l’Éducation nationale, directeur d’études à l’IUFM de Paris, maître de conférences à l’Université de Paris-I et à Sciences-Po. Ancien président de l’Association des professeurs de philosophie de l’enseignement public, il a notamment été membre du Haut Conseil à l’Intégration." 

III- Texte : Politesse ou maîtrise de soi 
La politesse n'a rien à voir avec la sincérité et d'ailleurs la sincérité n'est pas une vertu sociale. Dire toujours ce qu'on pense à tout le monde n'est pas vivable. Il faut garder pour soi bien des choses. On ne peut pas dire , par exemple, à quelqu'un qui ne vous a rien fait qu'on le trouve bête ou laid ... Le lui dire, ce serait, tout simplement, l'agresser. Bien des vérités sont blessantes ou même simplement hors de propos. Dire bonjour à quelqu'un qu'on ne connaît pas, simplement parce qu'il se trouve en même temps que soi dans l'ascenseur, ce n'est nullement lui souhaiter de passer vraiment une bonne journée, c'est seulement manifester une règle de non-agression. Rien d'autre. Lui souhaiter réellement une bonne journée serait même assez incongru !
Inversement, le destinataire est tenu à une politesse identique en retour. À un " comment allez-vous ?" il faut répondre " très bien, je vous remercie". Quiconque, en ce cas, commencerait à raconter ses misères et ses malheurs serait très ... impoli. [...]
Ce qu'on appelle aujourd'hui la politesse, et qu'on appelait autrefois civilité, n'est pas autre chose qu'un élément de la socialisation. Elle est la codification des rapports à autrui de telle sorte que la vie en commun soit, dans un premier temps, facilitée. La politesse, c'est d'abord un pacte de non-agression, cest-à-dire une maîtrise de soi.
                 Jacques Billard, " Enseigner le civisme et la citoyenneté", dans L'Ecole contre l'exclusion, Nathan, 1998.
IV- Quelques axes de lecture 
- La vie en société
- Des phrases aux allures de vérité générale
- Relevez cinq ( 5) adverbes de manière en "-ment".
- Analyse logique de la phrase suivante : " Elle est la codification des rapports à autrui de telle sorte que la vie en commun soit, dans un premier temps, facilitée."
- V- Insistons sur :
√ - L'adverbe de manière en "-ment" 
On l'obtient généralement en ajoutant le suffixe -ment à un adjectif qualificatif féminin.
Exemple : " ce n'est nullement lui souhaiter de passer vraiment une bonne journée, c'est seulement manifester une règle de non-agression."
2- De telle sorte que est une locution conjonctive exprimant la conséquence.
Exemple : " de telle sorte que la vie en commun soit, dans un premier temps, facilitée."
03/03/2019

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire