Texte cent quarantième

Le rôle de l'écrivain" de Jean-Paul Sartre

 I- Présentation de l'auteur : Jean-Paul Sartre perdit son père à l'âge de deux ans et fut élevé par ses grands-parents : le remariage de sa mère fait de lui un " bâtard ", un déraciné qui se réfugie dans la possession d'un monde d'idées. Normalien, agrégé de philosophie, il enseigne au Havre, puis à Paris, et va séjourner à l'Institut français de Berlin où il suit les cours du philosophe Husserl. 
Il joua un rôle politique important : " engagé " dans un monde dont il se sent responsable, tenté par le marxisme, il se trouve à la pointe de tous les combats menés par une gauche soucieuse de ne pas se compromettre avec la bourgeoisie. 
Il n'a cessé de dénoncer une littérature humaniste au profit d'une écriture utilitaire. Dans ses essais théoriques : Qu'est-ce que la littérature ? (1945), Que peut la littérature ? (1964), Sartre pose  des questions essentielles : qu'est-ce qu'écrire ? Pourquoi écrire ? Et pour qui ? Il y répond par une attitude d'engagement complet : la littérature, la prose avant tout, est un élément de combat pour un homme qui a choisi d'écrire. 
Sartre était à la fois romancier, dramaturge, philosophe, critique, polémiste, journaliste talentueux, militant, etc. Il a su dominer le milieu du vingtième siècle, grâce à la variété et à la qualité de son œuvre. 
Citation : " La liberté est de choisir, mais non la liberté de ne pas choisir. Ne pas choisir, en effet, c'est choisir de ne pas choisir." L'être et le néant (1943).
II- Texte
"Il ( l’écrivain engagé) sait qu’il est l’homme qui nomme ce qui n’a pas encore été nommé ou ce qui n’ose dire son nom, il sait qu’il fait "surgir” le mot d’amour et le mot de haine entre les hommes qui n’avaient pas encore décidé de leurs sentiments. Il sait que les mots, comme dit Brice-Parain, sont des “pistolets chargés”. S’il parle, il tire. Il peut se taire mais pusiqu’il a choisi de tirer, il faut que ce soit comme un homme, en visant des cibles et non comme un enfant, au hasard, en fermant les yeux et pour le seul plaisir d’entendre les détonations. Nous tenterons plus loin de déterminer ce que peut être le but de la littérature. Mais dès à présent nous pouvons conclure que l’écrivain a choisi de dévoiler le monde et singulièrement l’homme aux autres hommes pour que ceux-ci prennent en face de l’objet ainsi mis à nu leur entière responsabilité. Nul n’est censé ignorer la loi parce qu’il y a un code et que la loi est chose écrite : après cela, libre à vous de l’enfreindre, mais vous savez les risques que vous courez. Pareillement la fonction de l’écrivain est de faire en sorte que nul ne puisse ignorer le monde et que nul ne s’en puisse dire innocent. Et comme il s’est une fois engagé dans l’univers du langage, il ne peut plus jamais feindre qu’il ne sache pas parler : si vous entrez dans l’univers des significations, il n’y a plus rien à faire pour en sortir; qu’on laisse les mots s’organiser entre eux en liberté, ils feront des phrases et chaque phrase contient le langage tout entier et renvoie à tout l’univers; le silence même se définit par rapport aux mots, comme la pause en musique reçoit son sens des groupes de notes qui l’entourent. Ce silence est un moment du langage; se taire ce n’est pas être muet, c’est refuser de parler, donc parler encore."

Jean-Paul Sartre, Qu'est-ce que la littérature ?, 1948.

III- Quelques axes de lecture 
- Un texte argumentatif. Présentez les étapes de l'argumentation 
- Une métaphore utilisée par Brice Pain
- La responsabilité de l'écrivain. 
- Discussion : L'écrivain est forcément engagé : qu'il parle ou qu'il se taise
IV Insistons sur 
Les signes de ponctuation 
"Les signes de ponctuation sont au nombre de dix."
, la virgule 
; le point-virgule 
: les deux points
.  le point
? le point d'interrogation 
! le point d'exclamation 
" " les guillemets 
(  ) les parenthèses 
-  -    les tirets
... les points de suspension 
Bon dimanche à tous

22/01/2016

Img 1562

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !