Maam Yalla may ñu ndox… ou plutôt psychose des inondations

Les eaux des pluies salutaires ou indésirables

Souvenirs de jeunesse, belle époque

Loin de nous cette époque où nous chantions, cette  époque où nous réclamions de l’eau de pluie au Bon Dieu, tout en lui promettant une rétribution au cas où nous vivrions. Nous ne manquions point d’inviter le batteur de tam-tams, si nous ne nous transformions pas en batteur de fortune pour donner à cette prière empreinte de gamineries toute sa plénitude.   

Les temps ont changé. Plus rien n’est comme avant. Rares sont ceux qui dans nos villes sénégalaises réclament des pluies. Ceux-là en souhaitent moyennement seulement.100-5670.jpg

L’ambivalence de la pluie

Le caractère ambivalent de la pluie n’est plus à démontrer. Si d’aucuns croisent les doigts pour qu’elle leur procure abondance pour les paysans ou fraîcheur chez les citadins ; d’autres sont hantés par le phénomène des inondations. Ces derniers, de peur d’être, du jour au lendemain, des sinistrés, ne voudraient même pas que le ciel se fasse menaçant.

Les inondations : un problème récurrent

Depuis des décennies, les inondations hantent le sommeil de nos dirigeants, durant la saison des pluies. Mais le problème n’est pas facile à résoudre car jusque-là, nous ne sommes pas arrivés à prendre le taureau par les cornes.

Depuis les années quatre-vingt dix, nous vivons au rythme des plan ORSEC (organisation des secours) déclenchés pour répondre à un problème ponctuel : chaque hivernage en cours.

Gagnés par la psychose des inondations, des citoyens s’en prennent aux autorités promptes à descendre sur les zones inondables pour un défilé (visites inopinées ou annoncées à l’avance) et qui trainent les pieds pour tenir leurs promesses.

Le problème est complexe et chaque régime y fera face en relogeant les familles, victimes des inondations ou en assainissant les zones inondables. S’il y a une faute qu’on aura du mal à pardonner aux régimes c’est de ne s’occuper des inondations que durant la saison des pluies.      

4 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire