Rendre au wolof ce qui est au wolof

Rendre à César ce qui est à César

Depuis une dizaine d'années, notre pratique des classes nous a fait constater que la plupart des figures de style étaient méconnues en wolof par nos élèves. Bon nombre d'élèves éprouvaient d'énormes difficultés avant d'arriver à comprendre tel ou tel autre procédé stylistique. Aussi recourrions-nous par moments au wolof, notre langue maternelle, pour mieux expliquer le cours.
Présenter les figures de style en wolof est un projet que nous murissions depuis quelques années. Seulement, sa concrétisation est récente.
Point d'usurpation de spécialité : nous rendons à César ce qui est à César.
Il y a deux mois, plus précisément le 4 juillet 2015, nous tombions sous le charme de la transcription par M. Umàr Sàl de la chanson "dem" de feu Pacotille. Nous avions pris contact avec M. Sall qui nous avait exprimé sa disponibilité.
En publiant la première partie, nous savions sciemment que notre travail ne respectait pas certaines règles : le but étant d’arriver à nous faire lire.
Nécessité de la critique
Nous ne sommes point un donneur de leçons ; quand bien même nous en donnerions, nous en recevrions : c’est dans l’ordre naturel des choses. Au XVIIème, Nicolas Boileau n’insistait-il pas sur la nécessité de la critique ?
Sitôt la première partie publiée sur la toile, nous reçûmes pas mal de messages de félicitations venus de tous les coins du monde. Nous ne savions pas a priori que le travail susciterait un tel engouement, soit dit en passant.
Ce qui ne fut pas une douche froide
Dr Massamba Gueye, spécialiste du wolof, nous aura fait une remarque fort pertinente en attirant notre attention sur le texte wolof qui fut mal écrit ; ce qui ôtait à l’étude son caractère scientifique.
Nous n’avons pas cherché à polémiquer, loin s’en faut. Entre intellectuels, nous nous sommes compris car nous avions mis en avant la portée de l’initiative plutôt qu’une question d’égo.
La Maison de l'oralité et du Patrimoine Kër Leyti est prête à accompagner ton excellente initiative, nous dira-t-il. Ce qui nous va droit au cœur.
Bientôt, la suite …
Ce qui est sûr, c’est qu’il y a eu un élan de sympathie autour de cette initiative. Aussi, avons-nous décidé, pour ne pas frustrer les puristes de la langue wolof, de faire un effort nécessaire afin de travailler avec les spécialistes pour présenter un travail exemplaire.
Nous ne pouvons pas plaire à tout le monde mais nous ferons de notre mieux pour ne pas décevoir ceux qui nous soutiennent.
Nous ne remercierons jamais assez tous ceux qui font ou feront des efforts pour nous accompagner dans cette mission. Pas besoin de les citer nommément, ils se reconnaîtront.
M. Diallo Ibnou
Administrateur du site www.sunumbir.com

10/09/2015

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !