Texte cent sixième

Extrait de Nini, mulâtresse du Sénégal de Abdoulaye Sadji

Présentation de l'auteur : Originaire de Latmingué ( dans le Saloum), Abdoulaye Sadji est un écrivain sénégalais né à Rufisque en 1910. Il mourut en 1961. Il fut Inspecteur de l'enseignement élémentaire. Il a publié entre autres ouvrages : Maïmouna; Nini, Mulâtresse du Sénégal, Tounka, une légende de la mer, etc. 
Sources : Wikipedia

1- Texte choisi : L'inquiétude de Nini
Pourquoi les hommes s'occupent-ils de la vie de leurs semblables ? N'ont-ils pas assez de tracas individuels qui les assaillent journellement ? ... Après le départ de ses camarades Nini se sent fatiguée d'avoir tant fait travailler son cerveau pour livrer le bon combat. Les hommes sont une espèce exécrable. Ils se repaissent des malheurs d'autrui. Ils escomptent à chaque instant des revers pour leur semblable dans l'idée diabolique que ce qui diminue l'autre les grandit. Les enseignements de toutes les religions sur la charité jusqu'au slogan : "aimez-vous les uns les autres" demeurent inopérants sur des êtres trempés et retrempés à la source du mal. La loi de l'homme reste la loi de la jungle, et les sociétés d'hommes les plus raffinées sont les plus féroces dans les relations inter-individuelles. L'amour pour autrui n'existe que dans la mesure où il est plus ou moins dépendant. Et quand il y a réunion de deux individus, et à plus forte raison trois, il y a complot contre un quatrième.
Nini rumine vaguement ces idées noires. Elle les broie en sa petite tête surchauffée. 
Un mouvement de réaction et de colère tardive la prend subitement et elle se redresse. Que va-t-elle faire ? ... Elle songe à aller dés cet après-midi demander à Martineau confirmation de sa promesse. Elle ne veut pas être la risée de Saint-Louis, la victime bénévole des méchantes langues. Mais que va-t-elle lui dire ? Qu'on commence à se moquer d'elle et que des camarades sont venues enquêter sur l'avenir de ses relations avec lui? Est-ce que cela pourrait décider Martineau à dire autre chose que ce qu'il a déjà dit et répété : " je t'épouserai, et tu deviendras ma femme légitime" ? Non, il faut vaincre cette naïve impulsion. Et Nini soupire parce qu'un double d'elle même vient de la délivrer d'un scrupule d'amour-propre. 
         Abdoulaye Sadji, Nini mulâtresse du Sénégal, deuxième partie. 

2- Sens de quelques mots 
- Exécrable : détestable, abominable, épouvantable 
- Se repaissent : du verbe "se repaître" ayant le sens de "assouvir sa faim, trouver satisfaction à...

 3- Quelques axes de lecture
- Le poids de la société 
- Quel est le lien entre les personnages en présence ?
- " Aimez-vous les uns les autres" : simple slogan ou formule à traduire en actes ?
- Qu'est-ce qui renvoie au style direct dans le texte ?
- Le point de vue du narrateur 
- Repérage et interprétation de figures de style : antithèse, périphrase, dérivation , interrogation oratoire, métaphore, métonymie, etc.

3- Insistons sur :
Les types de focalisation ou le point de vue du narrateur
Source : devenir-écrivain.com
1- La focalisation interne
On parle de « focalisation interne » lorsqu’une scène est présentée au travers des yeux d’un seul personnage. Le narrateur peut être :
A- Un narrateur à la 3ème personne du singulier.
B- Un narrateur-personnage avec un récit au « je ».
Dans la focalisation interne, on dit que le personnage = le lecteur. En effet, le lecteur s’identifie pleinement au narrateur puisqu’il comprend les événements uniquement à travers les ressentis et la vision de celui-ci.

La focalisation interne permet donc à l’auteur de ne présenter qu’un seul angle de vue. Cela peut : 
– aider à créer le suspens en laissant des zones d’ombres sur ce qui se passe, en ne donnant que les informations connues par le narrateur. 
– renforcer l’empathie du lecteur pour le personnage principal. 

2- La focalisation zéro
On parle de « focalisation zéro » lorsque le narrateur se trouve au-dessus de la scène qui est racontée. Il connait ce qui se passe à deux niveaux :
A- Au niveau de ce qui se voit : le décor, les actions, les différents personnages, etc.
B- Au niveau de ce que chacun des personnages ressent. Il est donc capable de décrire les émotions de ceux qui jouent la scène.
Dans ce cas, le narrateur est omniscient : il sait tout, voit tout et connaît plus d’éléments que le ou les personnages. Le narrateur partage ses connaissances avec le lecteur. Le ou les personnages en savent donc moins que le lecteur. 

La focalisation zéro permet de :

– créer dans l’esprit du lecteur un sentiment de puissance, une connivence entre lui et le narrateur qui lui donne l’impression de connaître et maîtriser la situation des personnages. 
– élargir le point de vue sur l’histoire en la présentant sous différents regards.

3- La focalisation externe
On parle de « focalisation externe » lorsque le narrateur se situe en dehors de la scène qui est racontée. Il ne connaît rien des sentiments des personnages et ne les partage donc pas avec le lecteur. 

Il s’agit d’un narrateur :
A- observateur : il ne rapporte que ce qu’il voit de la scène, ses aspects extérieurs.
B- objectif : sa vision n’est pas perturbée par le ressenti des personnages.
Dans ce cas-là, le ou les personnages de l’histoire en savent bien plus que le lecteur. 

La focalisation externe permet :

– de tenir le lecteur en attente : on ne lui donne aucun indice subjectif qui lui permette d’anticiper ce qui va se produire.
– de laisser une part plus importante à l’imagination du lecteur : à lui de déduire les pensées et le ressenti des différents personnages. 

Bon dimanche à tous !
Dimanche 29/05/2016

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : lundi, 30 Mai 2016