Aminata Sow Fall

Texte dix neuvième

                                                                                                                                                                           14/09/2014

Il avait appris à mesurer les qualités de son épouse… Son jugement n’avait fait que se raffermir de jour en jour lorsqu’il la voyait se démener comme un petit diable pour la propreté de la maison, pour l’éducation des enfants et même pour leur instruction, car si elle ne savait ni lire ni écrire, elle veillait toujours à ce qu’ils fussent leurs livres et cahiers, faisait contrôler les plus petits par les plus grands et se rendait régulièrement à leurs écoles respectives pour s’enquérir de leur comportement. Et ces délicieux repas, cuisinés par elle, dont elle régalait toute la famille ? C’est en observant sa femme de jour en jour que Mour en était arrivé à changer d’attitude envers elle et à lui rendre le respect qu’il lui devait. D’autre part il était très croyant, l’éducation religieuse reçue avait laissé en lui quelques marques indélébiles ; celles-ci s’étaient réfugiées au niveau de son subconscient et réapparaissaient en surface au fur et à mesure que l’ange du repentir le pénétrait ; il éprouvait alors un sentiment de remords et aussi de peur : il craignait qu’une sanction divine ne le punît des souffrances qu’il infligeait à cette personne de chair et d’os, qui pourtant, au plus fort des brimades, des humiliations et des tortures morales ne bronchait pas.

Aminata Sow Fall, La Grève des battus.

Quelques axes de lecture

- Caractères exemplaires d’une épouse

- Mour, un mari séduit

- Les valeurs de l’imparfait de l’indicatif : actions contemporaines, actions habituelles, imparfait descriptif, etc.

-Repérage de figures de style : pléonasme, antithèse, énumération, etc.

- Raffermir : rendre, devenir plus ferme ; synonyme : affermir, consolider, renforcer, fortifier, etc.

Point grammatical :

  • ·        L’imparfait de l’indicatif : un temps descriptif

L’imparfait marque une action qui dure dans le passé. L’imparfait est le temps descriptif.

  • La concordance des temps :

Si le verbe de la proposition principale est à un temps passé, le verbe de la subordonnée se met à l’imparfait du Subjonctif si l’action est à faire.

- Montrez que dans les phrases du texte l’auteure a mis les subordonnées au temps qu’exige le sens

Il craignait qu’une sanction divine ne le punît

Elle veillait toujours à ce qu’ils fussent leurs livres et cahiers

A vos claviers, participez !

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !