Cadre Unitaire Syndical

COMMUNIQUE DE PRESSE

Le Directoire National du CUSEMS, qui s’est réuni le 06 Juin 2015 à son siège, a apprécié la situation nationale notamment dans le domaine de l’Education. Au terme des discussions le Directoire du CUSEMS ;
Constate pour s'en désoler que le gouvernement, après s'être engagé à respecter enfin ses engagements pris antérieurement, renoue avec un dilatoire dont les conséquences risquent d'hypothéquer l'année scolaire ;
Fustige les lenteurs dans la matérialisation des points d’accord consignés dans le procès-verbal signé avec le CUSEMS :
A ce jour, les 3515 actes promis au plus tard pour le 30 Avril, ne sont toujours pas disponibles.
Le pré-rapport de l'étude sur le système de rémunération et de motivation des agents de l'Etat, annoncé d'abord pour la première quinzaine du mois de Mai, puis pour la fin du même mois n'est toujours pas partagé.
Les résultats de la commission interministérielle, installée pour réfléchir sur les mesures dérogatoires à même de permettre la formation diplômante des collègues recrutés avec des diplômes spéciaux, sont toujours attendus. Aucune communication n'est faite à ce sujet, en direction des partenaires syndicaux. 
Relativement aux passerelles professionnelles, à la création du corps des administrateurs scolaires, aucun acte concret n'est posé. Pis, la tutelle par ignorance ou par manipulation, tente de présenter la formation à distance de 300 collègues comme une mise en œuvre de l'accord sur les passerelles. Or, chacun des collègues retenus justifie du diplôme requis pour être éligibles à la formation ciblée alors que, pour les passerelles, il s'agit de valider les acquis de l'expérience ; 
Aujourd'hui 09 juin 2015, bon nombre de collègues Contractuels n'ont pas encore perçu leur salaire ;
La restitution des sommes ponctionnées ordonnée par le chef de l'Etat, n'est toujours pas effective. C'est à croire que pour certains hauts fonctionnaires, sa parole est sujette à question ;
Fidèle à sa démarche proactive, le CUSEMS alerte l'opinion publique et s’interroge sur le mutisme des médiateurs qui avaient promis eux-mêmes de faire du monitoring afin que les accords soient scrupuleusement respectés.
Si ces retards incompréhensibles persistent, le gouvernement portera l'entière responsabilité de perturbations dont l'école n'a assurément pas besoin, au moment où on s'achemine vers les évaluations de fin d'année. 
Le Directoire invite tous les professeurs à se mobiliser pour exiger du gouvernement le respect des accords signés et la satisfaction de leurs revendications légitimes.

09/06/2015

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire