La SEN-ELEC

L’énergie, encore l’énergie, toujours l’énergie

Le chef de l’Etat M. Macky Sall a sanctionné M. Pape Dieng. Une décision salutaire pouvant calmer les ardeurs de tous ceux qui, jusque-là, réclamaient sa tête : des travailleurs contractuels qui s’étaient retrouvés dans une situation précaire vont sûrement jubiler.

Le malaise est profond à la SEN-ELEC. Au moins,  avec M. Makhtar Cissé, nouveau Directeur Général de ladite boîte, on ne parlera pas de conflit d’intérêts comme ce fut le cas avec M. Pape Dieng.

La SENELEC
Une société qui a donné du fil à retordre aux différents régimes. La conclusion coule de source : le problème est sérieux, très sérieux. Au lieu de trouver une solution définitive qui passerait peut-être par un consensus national fort à la place de ce bling bling faisant que chaque régime présente pompeusement sa centrale, on cherche à attribuer le problème à Samuel Sarr, à Karim Wade, à Pape Dieng, Makhtar Cissè, etc.

Le problème de la SENELEC nécessite à coup sûr un diagnostic sans complaisance de la boîte et une vision qui transcenderait les clivages et les régimes politiques pour mettre en avant l’intérêt supérieur de la nation.

En outre, il faudra faire d’assez grands pas pour des énergies renouvelables : depuis plus d’une vingtaine d’années, on nous parle des possibilités offertes par l’énergie éolienne et l’énergie solaire mais on peine à se tourner vers ces nouvelles sources gages d’indépendance énergétiques, comme le dit si bien notre blogueur Mohamed Seck.

Le nouveau ministre , M. Thierno Alassane Sall, aura des défis à relever à la tête d'un secteur aussi stratégique que celui de l’énergie.
Les agents de la SENELC sont bien placés pour savoir ce qui plombe l’essor de leur boîte.

8/07/2015

Images senelecImages sol

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire