Hymne patriotique de Marouba Fall

Texte cent soixante-dix-huitième

Texte choisi : « Hymne patriotique » de Marouba Fall

I-Présentation de l’auteur :

Marouba Fall est un écrivain sénégalais né en 1950 à Dakar. Il est à la fois romancier : La Collégienne ( 1990), Entre Dieu et satan (2003), Casseurs de solitude(2012)  ; poète : Cri d’un assoiffé de soleil ( 1984), Pépites de terre ( 2004), Chasseur d’éternité (2012) ; dramaturge : Adja, militante du G.R.A.S (1985), Aliin Sitooye Jaata ou la Dame de Kabrus : suivi de Adja la militante du G.R.A.S (1996) ; essayiste :  Lis Tes Ratures (2010), etc.
 

II- Texte : Hymne patriotique

Dieu veillez sur ce pays que nous aimons

Faîtes qu'il soit phare

Faîtes qu'il soit havre

Faîtes qu'il demeure du continent

Le chef culminant et la voix de sagesse

 

Préservez-le de la sécheresse

Qui rend vain l'effort

De l'espoir fait vent de poussière

Tarit l'âme et durcit le cœur

 

Éloignez de ses champs les prédateurs

Qui mangent en un jour les présents d'une saison

Et en une saison pillent les greniers de l'avenir

 

En son sein faites essaimer et grandir

Des bâtisseurs de soleil

Au front de sibylles

Aux lèvres d'oracle

Aux doigts de miracle

 

Faîtes ses fils unis

Vous qui leur avez donné un clair esprit

Une langue-aiguille habile à deviser

Et une langue-glaive prompte à diviser

 

Faîtes que sur sa tête

Jamais ne trône ni turban ni casquette

Car nos sœurs et nos femmes

Sont de foi ombrageuse

Car nos mères des hommes d'armes

Ont une peur bleue

 

Dieu veillez sur ce pays que nous aimons

Et dont notre cœur sans répit épèle le nom

Plus que notre patrie c'est notre vie

 

Marouba Fall, Anthologie «  Paroles partagées » présentées par la Maison Africaine de la Poésie Internationale- MAPI, Les éditions feu de brousse, 2005.

 

 

                          III- Quelques axes de lecture

- Un chant solennel

- Plus qu’un hymne : une éducation à la citoyenneté

- Subdiviser le texte en parties

- Un poème en vers libres. L’effacement de la ponctuation

- Repérage et interprétation des figures de style : métaphore, anaphore, personnification, parallélisme, allégorie, comparaison, gradation,  hyperbole, ellipse, etc.

- L’originalité du poète : un texte riche en images  

IV- Insistons sur :

  1. L’impératif

L'impératif est "le mode de l'injonction. Il permet d'exprimer, à la forme positive, un ordre, une exhortation, une prière, un conseil ou une suggestion. Il permet d'exprimer, à la forme négative, la défense." 

Il existe à la deuxième personne du singulier et aux deux premières personnes du pluriel.

Exemples : « Dieu veillez sur ce pays que nous aimons

Faîtes qu'il soit phare

Faîtes qu'il soit havre

Faîtes qu'il demeure du continent »

 

  1. L’anaphore symbolise la répétition d’un mot ou d’un groupe de mots en début de vers, de proposition ou de phrases.

Exemple :

« Dieu veillez sur ce pays que nous aimons » (vers 1, 26)

 

24/12/2017

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : dimanche, 24 décembre 2017