Saint-Louis de Birago Diop

Texte vingt huitième

                                                                                                           23 novembre 2014

                                                                            SAINT-LOUIS (1) 

Près de l'Océan qui t'empêche de vivre
La vague du désert roule à l'horizon;
Calme tu dors et le soleil qui t'enivre
Te berce à l'éclat de ses brûlants rayons.

De ton lourd sommeil nul chant ne te délivre
Ville qu'endormit l'autre incantation ;
Et mon âme saoule des rêves des livres
Voudrait entrevoir tes sourdes visions.

Elle voudrait ouïr ta voix qui s'est tue
Et le murmure de tes nuits révolues
Où s'agitaient tes pensers vers l'avenir.

Le flot rugit, la vague lèche la plage,
La mer s'avance que tu laisses venir
Calme dormeuse en songeant à un autre âge.

                                                                      Birago DIOP, Leurres et lueurs

 Note (1) : Ce poème a été rédigé par l’auteur en 1925.

                                                            Quelques axes de lecture

 -          Saint Louis, une ville légendaire   

 -          Un sonnet pauvre en ponctuation

-          La nostalgie d’une époque et des lieux

-          L’agonie d’une ville

-         Repérage de figures de style : personnification, métaphore, etc.

-          Les valeurs des temps et modes verbaux : présent, imparfait et passé composé de l’indicatif, conditionnel présent, etc.

-          Disposition, qualité et nature des rimes.

 A vos claviers !

6 votes. Moyenne 2.00 sur 5.