Jean-Baptiste Mutabaruka

Poète rwandais

Texte trente troisième                                          Dimanche 3 janvier 2015

                     Souvenir

 Souviens-toi de la douceur d’un soir

 auprès d’une Fontaine

 de la danse de l’herbe qui plie

 sous le vent, de l’eau qui coule

 au fond de la vallée.

 Souviens-toi, souviens-toi de la course folle

 dans les plaines sèches, brûlées par la flamme

 quand la forêt se pulvérise.

 Souviens-toi de tes premiers jours de l’école

 de l’alphabet rebelle

 de la suite des nombres des divisions multiples

 dans la poussière malléable.

 Souviens-toi de la tendresse maternelle

 des mains de ta mère modelant ton visage

 les nerfs tendus par les rayons du soleil canicule

 trésor sans prix, inégalable, mère.

 Jean-Baptiste Mutabaruka[1]Les Chants du tambour.  

 

                        Quelques axes de lecture

 - Place de la mère dans la vie ( du poète)

 - Importance des souvenirs

 

- Repérage de figures de style : Métaphore, pléonasme, anaphore, ellipse, etc.

 - Un poème pauvre en ponctuation ne respectant pas les régles de la versification traditionnelle.

   

Une figure de style :

 L’anaphore : Elle consiste à répéter les mêmes mots, en tête de phrases, de vers successifs ou de groupes de mots. Elle rythme la phrase, souligne un mot, une obsession tout en dégageant un thème.

Exemple : « souviens-toi de  »



[1] Poète rwandais

 

 A vos claviers !

Bon dimanche à tous !

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.