Retour progressif de l'eau à Dakar

Etre comme Saint-Thomas

L’eau coule, coule, coule à nouveau dans la capitale

Mardi 2 Octobre 2013, nous sommes finalement sortis de l’auberge après plus de quinze jours de pénurie d’eau à Dakar. Difficile fut cette période pour bon nombre de Dakarois, obligés de faire des pieds et des mains dans leur quête du liquide précieux.

100-6578.jpgDurant cet assez long épisode, la SDE nous avait habitués à des voltefaces spectaculaires ; raison pour laquelle, nous avions préféré être comme Saint-Thomas : voir l’eau couler pour  y croire. Nous ne croyions   plus  aux promesses relayées par les radios et autres supports de com, tant au Sénégal qu’à l’extérieur. Le problème était sérieux, très sérieux même.

Face à cette panne survenue à l’usine de Keur Momar Sarr, la réponse ne pouvait être que technique, et non politique comme l’a bien voulu nous faire comprendre notre classe politique. Etant donné qu’ils étaient parfois dans leur élément, nous ne pouvions leur refuser cet exercice qui leur plaît énormément : la polémique.

La technique aura donc ramené l’eau dans nos robinets et non la politique. Que des prières et sacrifices soient effectués en appoint nous paraissent compréhensibles mais que les choses soient tout aussi claires : la pièce défectueuse a été réparée. Nous éviterons de tomber dans ce piège consistant à tout ramener à une dimension surnaturelle. Quoique nous soyons en Afrique, qui plus est au Sénégal où les féticheurs ont bonne presse ; la lutte aidant.

La honte !

Une pièce, une seule pièce aura causé autant de tort aux Dakarois dont le seul tort est de s’implanter dans une capitale qui reçoit beaucoup plus d’âmes qu’il n’en faudrait. Dakar est surpeuplé, on ne le dira jamais assez. Seulement, nombreux sont ceux qui nourrissent l’ambition de rejoindre Dakar : leur droit le plus absolu, d’ailleurs.

Gouverner, c’est prévoir. Multiplions dés à présent les études de faisabilité pour ensuite rendre effective la diversification de nos sources d’approvisionnement en eau, aussi bien pour Dakar que pour tout le Sénégal.

En toute impartialité, situons les responsabilités des uns et des autres : les régimes de Diouf, Wade et Macky ; la SDE, la SONES, les prestataires de service etc.   

sunumbir

100e6505-1.jpg

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !