Ultima verba, Victor Hugo

Texte soixante-dix-septième

Ultima verba[1]

Je ne fléchirai pas ! Sans plainte dans la bouche,
Calme, le deuil au cœur, dédaignant le troupeau,
Je vous embrasserai dans mon exil farouche,
Patrie, ô mon autel ! Liberté, mon drapeau !

Mes nobles compagnons, je garde votre culte ;
Bannis, la République est là qui nous unit.
J'attacherai la gloire à tout ce qu'on insulte ;
Je jetterai l'opprobre[2] à tout ce qu'on bénit!

Je serai, sous le sac de cendre[3] qui me couvre,
La voix qui dit : malheur ! la bouche qui dit : non !
Tandis que tes valets te montreront ton Louvre,
Moi, je te montrerai, César[4], ton cabanon[5].

Devant les trahisons et les têtes courbées,
Je croiserai les bras, indigné, mais serein.
Sombre fidélité pour les choses tombées,
Sois ma force et ma joie et mon pilier d'airain !

Oui, tant qu'il sera là, qu'on cède ou qu'on persiste,
O France ! France aimée et qu'on pleure toujours,
Je ne reverrai pas ta terre douce et triste,
Tombeau de mes aïeux et nid de mes amours !

Je ne reverrai pas ta rive qui nous tente,
France ! hors le devoir, hélas ! j'oublierai tout.
Parmi les éprouvés je planterai ma tente :
Je resterai proscrit, voulant rester debout.

J'accepte l'âpre exil, n'eût-il ni fin ni terme,
Sans chercher à savoir et sans considérer
Si quelqu'un a plié qu'on aurait cru plus ferme,
Et si plusieurs s'en vont qui devraient demeurer.

Si l'on n'est plus que mille, eh bien, j'en suis ! Si même
Ils ne sont plus que cent, je brave encor Sylla[6] ;
S'il en demeure dix, je serai le dixième ;
Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là.

Victor Hugo, Les Châtiments, 1853, VII, XVII, strophes 9-16.

Quelques axes de lecture

-La poésie engagée : la détermination du poète, la sacralité de la parole

Les marques du lyrisme

-Un dialogue implicite avec l’Empereur

-Les valeurs des temps et modes verbaux : que symbolise l’emploi itératif du futur simple

-Repérage de figures de style : parallélisme, antithèse, chiasme, oxymore, polysyndète, pléonasme, etc.

- Versification : disposition, nature et qualité des rimes

- Type de vers utilisé : alexandrin, décasyllabe, etc.

NB : Avec le recueil des Châtiments, Victor Hugo règle ses comptes avec le régime et ses anciens compagnons d’exil ayant rallié l’Empire.

Bon dimanche à tous !

25/10/2015

Images 28Images ch

 

 

 

 

 

 

[1] Derniers mots, en latin

[2] Réprobation vive et humiliante

[3] Signe de deuil

[4] Napoléon III

[5] Maison de fous

[6] Tyran romain

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire