Alfred de Vigny

Un poète romantique

Texte cinquante-neuvième                                                                                                                               10/05/2015

La maison du Berger

[...] 

Si ton cœur gémissait du poids de notre vie

Se traîne et se débat comme un aigle blessé

Portant comme le mien sur son aile asservie,

Tout un monde fatal, écrasant et glacé ;

S’il ne voit plus l’amour son étoile fidèle,

Eclairer pour lui seul l’horizon effacé ;

Si ton âme est enchaînée, ainsi que l’est mon âme,

 

Pars courageusement, laisse toutes les villes ;

Ne ternis plus tes pieds aux poudres du chemin,

Du haut de nos pensées, vois les cités serviles

Comme les rocs fatals de l’esclavage humain

Les grands bois et les champs sont de vastes asiles,

Libres comme la mer autour des sombres îles.

Marche à travers les champs une fleur à la main.

[...]

                                   Alfred de Vigny, Les Destinées

Quelques axes de lecture

 -      Une alternative présentée : villes /nature

 -      L’asservissement dont l’homme est victime dans la société

 -      Le refuge cherché par l’homme dans la nature

 -      Sanctification de la nature

 -      Repérage de figures de style : comparaisons, métaphore, pléonasme, périphrase, personnification,  etc.

 Bon dimanche à tous ! 

 

2 votes. Moyenne 3.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : dimanche, 10 mai 2015