Texte cent unième

(Le vrai ou faux) Discours du Pape François sur le BONHEUR

Tu peux avoir des défauts, être anxieux et parfois irrité, mais n’oublie pas que ta vie est la plus grande société dans le monde et toi seul peux en empêcher le déclin. Beaucoup de gens t’apprécient, t’admirent et t’aiment.
J’aimerais que tu te rappelles qu’être heureux ce n’est pas avoir un ciel sans tempête, une route sans accident de la circulation, un travail sans fatigue, relations sans désillusions.
Etre heureux, c’est trouver la force dans le pardon, l’espoir dans les batailles, la sécurité sur la scène de la peur, l’amour dans les désaccords.
Etre heureux, ce n’est pas apprécier seulement le sourire, mais aussi réfléchir sur la tristesse. Ce n’est pas seulement célébrer la réussite, mais apprendre les leçons des échecs. Ce n’est pas seulement se sentir heureux avec les applaudissements mais être heureux dans l’anonymat.
Etre heureux, c’est reconnaître que la vie vaut d’être vécue, malgré tous les défis, les malentendus et les périodes de crise. 
Etre heureux n’est pas une fatalité du destin mais une victoire pour ceux qui sont capables de voyager dans leur être.
Etre heureux, c’est de cesser de se sentir victime des problèmes et de devenir un acteur de sa propre histoire. C’est traverser les déserts en dehors de soi, mais être capable de trouver un oasis dans les recoins de notre âme. C’est remercier Dieu chaque matin pour le miracle de la vie.
Etre heureux, ce n’est pas avoir peur de ses sentiments mais c’est savoir parler de soi. C’est avoir le courage d’entendre un « NON ». C’est se sentir confiant d’avoir une critique, bien qu’injuste. C’est embrasser les enfants, choyer les parents, vivre des moments poétiques avec des amis, même s’ils nous blessent.
Etre heureux, c’est laisser vivre la créature qui vit en chacun de nous, libre, joyeuse et simple. C’est avoir la maturité nécessaire pour dire: « Je me suis trompé ». C’est avoir le courage de dire: « Pardonne-moi ». C’est avoir la sensibilité pour dire: « J'ai besoin de toi». C’est avoir la capacité de dire: « Je t'aime».
Que ta vie devienne un jardin d’occasions d’être heureux… Que dans tes printemps tu sois amant de la joie! Que dans tes hivers tu sois ami de la sagesse. Et que quand tu te trompes de route tu recommences à zéro. Comme ça tu seras plus passionné pour la vie. Et tu découvriras qu’être heureux, ce n’est pas avoir une vie parfaite. Mais user les larmes pour irriguer la tolérance. Utiliser les pertes pour aiguiser la patience. Utiliser les erreurs pour sculpter la sérénité. Utiliser la douleur pour lapider le plaisir. Utiliser les obstacles pour ouvrir les fenêtres de l’intelligence. Ne jamais se rendre ! Ne jamais renoncer ! Donner à ceux que tu aimes !
Ne jamais renoncer au bonheur, car la vie est un spectacle incroyable! »
Discours du Pape François (1)
                                 Quelques axes de lecture 
- Proposez un titre
- Quelle expression est reprise plus d'une dizaine de fois ?
- Fossé existant entre l'idéal (la perception) et la réalité 
- Une invite à l'action, à l'humilité, etc. 
- Repérage et interprétation de figures de style : anaphore, allégorie (parabole), parallélisme, antithèse, personnification, métaphore, ellipse, zeugma, etc.

Insistons sur :
1- Le conditionnel présent

Le conditionnel présent exprime une condition, une affirmation qu’on atténue, un conseil, etc.
Exemple : "j'aimerais que tu te rappelles ..."
2- L’utilisation du conditionnel dans les journaux (2)
Lorsqu’un journaliste ne peut pas ou ne veut pas se porter garant d’une information, il utilise le conditionnel : « L’attentat n’aurait fait aucune victime. »
Certains chroniqueurs ont recours au conditionnel pour décrire une situation politique à partir d’une hypothèse : c’est la politique-fiction : «  Dans ce cas, le Président pourrait…et le gouvernement serait en mesure de … ». 

PS :   
(1) Des doutes persistent sur l’authenticité du discours. Sunumbir propose ce texte d’une part pour la portée du message, qu’il trouve fort intéressant et d’autre part parce qu’il symbolise le second texte choisi lors de la sélection du centième qui a eu lieu le samedi 16 avril 2016 dans les locaux d’Ejicom (Ecole Supérieure de Journalisme, des Métiers de l’Internet et de la Communication, www.ejicom.com )
(2) M.-C. Bayol, M. –J. Bavencoffe, La Grammaire Française, Nathan, 1988.

Bon dimanche à tous !Image 71

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

 

Date de dernière mise à jour : dimanche, 24 avril 2016