Mort de l’étudiant Bassirou Faye

Notre conviction est faite

M. Macky Sall qui se la coula douce, deux semaines durant, aux USA et en France revint au Sénégal, tint un point de presse et rata sa com vers la fin.

Dans sa communication, M. Macky regretta la mort inacceptable de Bassirou Faye et promit qu’une enquête sérieuse sera menée pour situer les responsabilités. Nous n’attendions pas plus de la part de notre président.

Seulement, M. Macky tomba dans le piège en répondant à la provocation de ses adversaires politiques. Il haussa le ton et évoqua la thèse de l’infiltration avec des ficelles qui seraient tirées par les opposants pour déstabiliser le pays.

Ce que notre président oublie c’est que nous l’avons élu pour qu’il apporte des réponses satisfaisantes à nos préoccupations non pas qu’il se mette en colère et nous le montre au détour d’un point de presse. Que M. Macky concilie hauteur et fermeté !

Notre conviction est faite : M. Macky tient à ses ministres MM. Diallo et Niane qu’il ne démettra pas à cause du meurtre de Bassirou Faye. Et les principaux concernés tiennent aussi à leurs fauteuils.

Force restera à loi disent-ils tous. Ils oublient au passage avoir été initiateurs des réformes impopulaires qui ont occasionné la violation des franchises universitaires.   

Sans scrupule

Nos hommes politiques ont parlé de la mort de Bassirou et ils ont été nombreux à vouloir se repositionner. Ils sont sans scrupule. M. Idrissa Seck évoqua le sujet de même que Me Wade qui reçut les étudiants. Cet intérêt manifesté à l’égard de la communauté estudiantine a permis au camp du pouvoir de brandir l’argument de l’infiltration au moment où les principaux témoins du meurtre imputent la responsabilités aux éléments du Groupement Mobile d’Intervention.

Le SAES

Le Syndicat Autonome des Enseignants du Supérieur aura par la voix de M. Yankoba Seydi réclamé la démission des Ministres Abdoulaye Daouda Diallo et Mary Teuw Niane respectivement de l’Intérieur  et de l’enseignement supérieur et de la  recherche. M. Seydi n’est pas neutre : sa casquette politique posé problème car il représente le parti Reew Mi de Seck Idrissa.

Nous aimerions que ce soit le Secrétaire Général dudit syndicat qui montât au créneau et présentât les exigences du SAES comme ce fut le cas hier lorsqu’il se rendit au chevet des étudiants en difficulté à la police ou à l’hôpital. Que M. Ndiaye Ababacar Sadikh qui aura souligné que la place des étudiants se trouvait à l’Université continue de parler au nom des enseignants du supérieur.

La police

Elle est accusée de toutes parts. La répression de la manifestation des étudiants fut violente : les dégâts sont considérables. Seul hic, c’est la DIC qui mène l’enquête ce que le procureur aura réaffirmé. Nous souhaiterions pourtant ( comme tant d'autres) que la gendarmerie menât l’enquête, pour cette fois-ci, pour la manifestation de la vérité.

Vivement, que la lumière jaillisse !

Sénégal : sunumbir 100 9993

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : lundi, 18 août 2014