Cheikh Yerim Seck ne se tait point

Il revint en force

cys.jpgAprès tout ce qui s’est passé, la bienséance voudrait que M. Cheikh Yerim Seck se tût, du moins pendant un temps assez long. Il brisa cependant le silence à l’instar de son camarade d’infortune Tamsir Jupiter.

Ils ont en commun le fait d’avoir été célèbres au même titre que Dominique Strauss Kahn qui, à contrario, est tombé depuis son retentissant problème dans l’anonymat, vivant sa vie en toute discrétion.

Contre toute attente, Yerim reparut sur pas mal d’écrans  pour affronter le regard des autres, pour montrer qu’il avait réussi sa réinsertion sociale ou plutôt pour (re) faire le buzz.

Au Sénégal, la presse tend à tout permettre. Que Cheikh Yerim réussisse sa réinsertion sociale nous paraît louable ; qu’il en fasse un peu trop nous semble regrettable. Nous l’appelons à la retenue. Apprendre de ses erreurs, tel devrait être son slogan.

Non ! M. Seck vous avez certes été victime de votre succès mais il ne nous paraît pas judicieux d’imputer la responsabilité de votre sort au mauvais œil car les faits sont là, têtus dirait Paul Kagamé.

Notre conviction est faite : force est restée dans ce dossier Yerim/ Mlle Tall à la loi. Il pourrait  néanmoins bénéficier de circonstances atténuantes tributaires de la complicité notoire de la fille dont la famille se plaignit. Que Mademoiselle Tall soit fille de magistrat importe peu : ce qui compte c’est le bienfondé des accusations.

Lors de la diffusion de l’émission Appart 221

Sur la Sen Tv, M. Seck, reçu par Maty , remercia tous ceux qui, de prés ou de loin, l’avaient soutenu durant son incarcération , « affaire bi », selon ses mots.

Toujours égal à lui-même, il mit en avant son rôle de communicant en parlant de son ouvrage Ces goulots qui étranglent le Sénégal préfacé par Cheikh Hamidou Kane.

Il fut pertinent par moments en fustigeant la place réservée à la lutte avec frappes au Sénégal. Yerim en fit trop lorsqu’il évoqua des questions géostratégiques ou parla de la résolution de la crise casamançaise.

Autres points :

Yerim dévoila une bonne partie de ses projets. Il insista aussi sur l’importance de la liberté. Il en profita pour présenter son mouvement Citoyenneté Sénégal C-221 qui pourrait monnayer en quelque sorte les soutiens engrangés durant cette épreuve.  

La retenue voudrait qu’il n’ait pas besoin de médiatiser le cadeau qu’il donnât à l’animatrice Maty à la fin de la séance.

* Nous condamnons l'agession dont il fut victime en prison.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire